Les « réserves » au Canada: un lourd héritage!

Le sujet

« Une chronique pour mieux comprendre les enjeux liés « aux réserves », des territoires encore soumis à la Loi sur les indiens. Les réserves sont des territoires, créés par les puissances coloniales sur la base de divers traités, sur lesquels vivent encore aujourd’hui les Indiens inscrits, ceux aussi appelés Indiens de plein droit. Environ 45% des « Indiens inscrits » habitent sur les réserves au Canada. Ces dernières sont encore soumises à la loi sur les indiens de 1876. C’est la principale loi qui permet au Gouvernement Fédéral du Canada d’administrer les Indiens, les gouvernements locaux des Premières Nations et la gestion des terres de réserves et des fonds communautaires. Une loi qui avait pour but d’assimiler les Autochtones à la société canadienne. Bien que modifiée en 1951, puis en 1985, cette loi peine à évoluer. Depuis la création du Canada en 1867, c’est toujours le gouvernement fédéral qui, en vertu de cette Loi sur les indiens, a la responsabilité des questions autochtones. Il contrôle la majorité des aspects de la vie amérindienne comme le statut d’Indien (c’est le gouvernement qui est indien et qui ne l’est pas), l’éducation, les ressources. Et c’est « lui » qui continue d’administrer les territoires des réserves. Quelques améliorations de la loi sur les indiens depuis les années 90 permet aux Premières Nations d’être plus exigeants dans leurs revendications territoriales.

Pour en parler :

Nicole O’Bomsawin.

Indienne, originaire d’Odanak, une réserve amérindienne abénaquise du québec, Nicole est anthropologue et muséologue de formation, elle a dirigée durant de nombreuses années le Musée des Abénakis à Odanak. Elle a aussi effectué de nombreux ateliers de sensibilisation aux cultures et aux nations autochtones dans les écoles du Québec Depuis quatre ans, elle enseigne l’anthropologie au Collège « Kiuna », le seul collège (gymnase dirions-nous en Suisse) pour les étudiants Autochtones au Québec.  Nicole O’Bomsawin est également responsable des relations autochtones inter-réserves et internationales.
« 

A propos du sujet :

Dans la rubrique

La Rose des Vents

Leave a Reply

  • (will not be published)