L’Association « Amitiés à tisser »


Amitiés à tisser se profile comme un projet d’économie sociale et solidaire avec une double mission : valoriser l’artisanat local et soutenir l’intégration de personnes migrantes en leur permettant d’exercer le métier pour lequel ils ont été formés. Comme le précise Sarah Tochetti, l’une des fondatrices du projet, le vêtement reste « un fait social global » ; au delà du vêtement que l’on enfile, il entretient un rapport étroit en lien avec l’identité, les appartenances de groupe et les relations avec le monde extérieur. Si l’habit ne fait pas le moine, l’habit peut faire l’homme… En d’autres mots, coudre, confectionner des vêtements peut redonner sa dignité à un homme. C’est l’un des objectifs de l’Association « Amitiés à tisser » qui souhaite offrir un nouveau souffle à ces personnes migrantes tant sur le plan social que professionnel.

Pour en parler, deux des quatre fondatrices de ce projet à naître:
– Emilie Bovet. Co-fondatrice de l’Association Franc-Parler, Emilie est très active depuis 2004 dans diverses associations luttant contre toutes formes de discrimination et pour la valorisation des échanges de savoir.
– Anael Chabannes. Styliste modéliste de formation, couturière indépendante depuis 4 ans à Cully, Anael est très engagée dans la défense des droits des personnes étrangères.parler, deux des quatre fondatrices de ce projet à naître:

A propos du sujet :

Au micros :

Danièle , Fabien

Dans la rubrique :

La Rose des Vents

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *