« La rive opposée » avec Fabiano Alborghetti


La poésie, pour mettre des mots sur l’Exil ? Rencontre avec Fabiano Alborghetti, un poète d’origine italienne installé aujourd’hui au Tessin.
A ce jour 5 recueils de poésies, traduits dans plusieurs langues, jalonnent son parcours d’écrivain. Il reçoit en 2018 Le Prix suisse de littérature pour « Maiser », un roman en vers sur l’arrivée au Tessin d’une famille italienne dans les années 50.

Engagé, ses écrits s’inspirent du réel pour faire exister des vies effacées. Il publie en 2006 « La rive opposée », un « Premier recueil » qui raconte sa rencontre avec des migrants clandestins : des poèmes qui retracent des trajectoire, des souffrances et une forme d’impuissance, même si la Vie continue… Dix ans plus tard, Fabiano Alborghetti décide de « redonner vie » à ces poèmes dans une nouvelle version parue aux Editions d’en bas en février 2018. La beauté et la force de ce recueil de poème réside dans son humanité et sa capacité à faire exister et donner une voix à « ceux tombés hors de la vie », une expression chère à Fabiano Alborghetti.

Dans « La rive opposé », chaque poème est une voix …et chaque voix est une histoire … Pour Mohamad, un monsieur d’origine marocaine plein de sagesse, figure emblématique de la « La Rive opposée » :
«Nos vies sont trop brèves pour durer dans quelque chose et en parlant il montrait les papillons : ils disparaissent vite disait-il à voix basse, au bout de quelques jours seulement… A bien y réfléchir, nous avons le même destin, mais avec moins de légèreté ». Aurions-nous le même destin que les papillons ?

A propos du sujet :

Au micros :

Danièle , Fabien

Dans la rubrique :

La Rose des Vents

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *