Le corps comme révélateur du passé


 

A l’occasion de la sortie du poème « Les seins de l’amante », Radio Django reçoit l’écrivain, poète et artiste Timba Bema.

Comment accepter son passé ? Comment se réconcilier avec soi-même pour tenter de se reconstruire ? C’est à travers un long poème en prose que Timba Bema aborde la thématique du colonialisme en prenant comme point de départ la mémoire traumatique du corps.

L’auteur nous parlera également du rôle de la poésie dans notre contemporaine.

Pour aller plus loin :

« Au commencement est le corps. À la fin peut-être, aussi… Le corps
mémorise les douleurs, se plie et se déplie sous leurs assauts répétés. Dans
le mystère de la génétique, il transmet aux autres corps ce poids insécable.
Soudain, contre toute attente, il se met à p(r)o(ph)étiser des tunnels et des
labyrinthes. Les seins de l’amante, comme un miroir, l’ont renvoyé à luimême.
Les promesses nées dans le secret de la nuit, fleuriront-elles avec
l’aube lumineuse ?  »

(« Les seins de l’amante », Timba Bema, Editions Stellamaris)

*Initiateur de la « Revue des Citoyens des Lettres » : http://webliterra.ch/litterature-generale/revues-actualites-du-livre/re_citoyenslettres

*Blog de l’écrivain : timbabema.blogspot.com

A propos du sujet :

Dans la rubrique :

Cultiver Lausanne

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *