Quelle éducation dans les camps de réfugiés?


D’après un rapport du HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, publié en 2017, plus de 3,5 millions d’enfants réfugiés entre 5 et 17 ans n’ont pas pu aller à l’école en 2017. Des chiffres qui montrent une situation critique…Nous sommes encore loin des Objectifs de développement durable de 2030 promus par la Communauté internationale dont celui d’ «  Assurer à tous une éducation de qualité ». En raison des conflits armés qui sévissent dans certaines régions du Monde, des familles se voient contraintes de fuir ou sont victimes de déplacements forcés et se retrouvent confinées à vivre dans des camps de réfugiés. Pour pallier à l’absence de scolarisation des jeunes et des enfants dans ces lieux de fortune, le HCR et des agences de développement proposent des dispositifs éducatifs d’urgence. A quels besoins répondent ces écoles de substitution ? Qu’est-ce qui les légitime ? Dans quelle mesure ces structures permettent aux jeunes de s’épanouir malgré le quotidien de ces camps ? Quelles sont enfin leurs perspectives d’avenir ?

Des questions que nous pourrons explorer avec Marion Fert, assistante doctorante à l’Institut d’Ethnologie de Neuchâtel ; auteure de « De réfugié à rôle modèle » – une fabrique plurielle. Accès à l’enseignement supérieur pour les réfugiés congolais au Rwanda.

Le jeudi 31 mai, Marion Fert a participé, avec Andreas von Känel, auteur d’une étude sur les dispositifs de secours mis en place dans les camps de réfugiés congolais en Tanzanie, à une conférence sur le thème « Quelle école dans les camps de réfugiés». Un sujet qu’Alliance Sud Info Doc a choisi de mettre en exergue dans le cadre d’un cycle de conférences,projections et expositions _ organisé à Lausanne et Berne en 2018 _ autour des migrations et des différences.

A propos du sujet :

Au micros :

Danièle , Fabien

Dans la rubrique :

La Rose des Vents

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *