Insulaire, un film de Stéphane Goël


Ce soir dans la Rose des vents, cap sur l’archipel chilien Juan Fernandez sur les traces de feu Alfred von Rodt, un aristocrate bernois qui tomba sous le charme de l’Île de « Mas a Tierra » en 1877, rebaptisée en 1966 l’Île de Robinson Crusoé. Son histoire est à l’origine du film documentaire Insulaire produit et réalisé par Stéphane Goël, membre du collectif Climage.

Connu pour l’envergure et la profondeur de ses enquêtes, Stéphane Goël est aussi reconnu pour l’humanité de ses productions. Après « Fragments du paradis » sorti en 2015, il délaisse les routes du ciel pour les routes marines pour s’arrêter à 700 km des côtes chiliennes. Il pose sa caméra deux mois dans le petit village de San Juan Bautista de l’Île de Robison Crusoé pour tourner « Insulaire ».

Présenté au Festival de Locarno cet été 2018, cette production croise les visions de plusieurs générations qui se questionnent sur la vie insulaire, leur identité et le partage des ressources. Un film qui aborde des questions plus que contemporaines comme celle des frontières, du protectionnisme et de l’hospitalité. L’idéal d’ouverture porté par Alfred von Rodt au 19ème siècle ne semble plus faire écho au 21ème siècle.

 

Pour aller plus loin :

Notes et informations sur le film Insulaire sur le site de Climage
https://climage.ch/films/insulaire/

Carnet de voyage – Alfred de Rodt ruiné par l’île de Robinson
https://www.tahiti-infos.com/Carnet-de-voyage-Alfred-de-Rodt-ruine-par-l-ile-de-Robinson_a164305.html

A propos du sujet :

Au micros :

Claudia , Danièle

Réalisé par :

Boris

Dans la rubrique :

La Rose des Vents

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *