Des voies de la raison à la raison des voix

Nos démocraties contemporaines, devenues pour la plupart laïques, cheminent désormais dans la voie paisible de la raison. Affranchie des superstitions issues de l’esprit religieux tout autant que de passions destructrices, la raison nous offre désormais un monde pacifié, certes un peu amorphe, mais où la raison froide de l’objectif rationnel et du calcul guide nos pas vers la réussite sociale. Et donc, obligatoire et individuelle ; et ceci dans la nouvelle religion du progrès. Et si l’émotion y est exclue sous certaines espèces, telle la colère par exemple, d’autres y sont légitiment encouragées et promues, tels le bonheur, le plaisir et, si possible, la paix de l’âme…tout autant que du porte-monnaie. Le porte-monnaie devenant virtuel, il va sans dire que la paix de l’âme est invitée à prendre le même chemin.

On peut donc se rêver en tant que société rêvée dans l’immatériel pendant que les derniers vestiges de matérialité se dégradent voire, volent en éclats. Décalage entre postulats et réalité, entre dire et faire, ne s’y observent ni ne s’y opposent plus : ils ont donc miraculeusement disparu. Et ceci dans un silence obstiné qui, seul, rend ce miracle possible. Et ainsi, la raison contemporaine pourrait bien devenir renoncement à la raison, celui-ci opportunément camouflé par la multitude de raisons individuelles travesties elles, en raison universelle. Notre monde raisonnable se trouverait ainsi privé de raison par trop de raisons diverses et concurrentes. C’est ce rapport entre raison pure et raisons multiples que notre nouvelle thématique « Des voies de la raison à la raison des voix » se propose d’aborder.

“Le monde est beau”, l’émission de critique politique, économique, sociale et culturelle de radio django en podcast,sur« django.fm »
et « looseantenna.fm ».
Retrouvez cette émission où lectures d’articles de presse et commentaires de la rédaction invitent à des réflexions au sujet de la structure sociale dominante dans laquelle nous nous inscrivons.

lemondeilestbeau@gmail.com
Contact : Patrick Rion, tél. : 021 546.34.12, répondeur.

Billet 15

15 mai 2024
On parle volontiers de l’évolution de nos sociétés émancipées, beaucoup moins volontiers de leur régression. Pour une partie significative des populations, c’est pourtant bel et bien ce qu’elles font depuis que le marché est devenu synonyme de sens de la vie. Directeur du “Monde Diplomatique” de 1990 à 2008 Ignacio Ramonet nous parle de ce fait toujours plus avéré dans son article “une régression”. Il est paru dans “Manière de voir”, bimestriel du “Monde Diplomatique” dans son numéro 72. Et dans le sillon des régressions, une éventualité évoquée dans l’article suivant. Celle qui peut éventuellement s’observer dans le champ de la contestation. Et, plus précisément de “Occuper Wall Street, un mouvement tombé amoureux de lui-même”. Ecrit par Thomas Frank, journaliste au Harper’s magazine, à l’époque de la publication de son article dans “Le Monde Diplomatique”, en janvier 2013.

Billet 14

1 mai 2024
L’économie est un vaste système complexe peuplé essentiellement d’initiés et de spécialistes et c’est tant mieux, ainsi le commun des mortels ne peut rien y comprendre. C’est pourtant par l’analyse et l’explication qu’un article de Jean-Loup Motchane tente de clarifier “Ces territoires de l’économie sociale et solidaire”. Cet article est paru dans “Le Monde Diplomatique” de juillet 2000. A cette époque, Jean-Loup Motchane est professeur à l’Université Paris Vll. Notre deuxième article traite de la question – devenue fort complexe – de l’égalité. Mais pas seulement. Cet article revient plus globalement sur l’évolution des termes “Liberté, égalité … fraternité”. Il a été écrit par Walter Ben Michaels, professeur de littérature à l’Université de l’Illinois à Chicago aux Etats-Unis et publié dans “Le Monde Diplomatique” de février 2009.

Billet 13

15 avril 2024
“Voyages en terres d’utopies” est le titre de l’article publié par Mireille Azzoug dans “Le Monde Diplomatique” de mars 1993. Mireille Azzoug est Directrice de l’Institut d’Etudes Européennes de l’Université de Paris Vlll à cette époque. La remise en cause des grands systèmes industriels figure dans ce bref survol des utopies. “Bâtir la civilisation du temps libéré” est l’article qui fait suite aux précédentes réflexions. Il a été écrit par André Gorz auteur de “Métamorphoses du travail”. Son article a été également publié dans “Le Monde Diplomatique” de mars 1993.

Billet 12

1er avril 2024
Les grandes puissances sont-elles de grands peuples?
Tout dépend du sens que l’on donne au terme de “grand”, évidemment. Mais quand les peuples de ces grandes puissances sont inféodés à une structure sociale délétère et aliénante, la grandeur en question se mesure plus à leur puissance militaire qu’à celle de leur élévation spirituelle. Et on aurait sans doute tort d’avoir peur de généraliser quand le phénomène, justement, se généralise. “Pourquoi les grandes puissances se font la guerre” est l’article qui nous parle de ce renouveau de la puissance militaire et de ses fondements. Paru dans “Le Monde Diplomatique d’août 2023, il a été écrit par John Mersheimer, professeur de science politique à l’Université de Chicago.

Billet 11

15 mars 2024
Les années 1970, « ça plane pour moi », haschich et LSD, mais LSD peut être arme de guerre pharmacologique. Cela plane déjà moins, quelques décenies plus tard quand on nous parle d’armes chimiques, dans un grand flou artistique. C’est donc d’un psychédélique armement que nous parle l’article de Steve Whright, professeur à la « School of applied global ethics » de la “Leeds Metropole University” du Royaume Uni. Intitulé “Armes de guerre pharmacologique”, il a été publié dans le « Monde Diplomatique » d’août 2007. L’article suivant nous parle des groupes sociaux qui se cachent derrière l’anonyme « main invisible du marché ». Et on pourrait rajouter du totalitarisme de pensée qui la caractérise. Intitulé « Un nom et une adresse », il a été écrit par Benoît Bréville, Directeur actuel du « Monde Diplomatique » et Renaud Lambert, rédacteur de la même publication. Il a été publié dans « Manière de voir », bimestriel du même journal dans son numéro 122, intitulé « Où se cachent les pouvoirs ».

Billet 10

1er mars 2024
10-1
On peut s’indigner aux sujet des subventions accordées pat l’Etat à l’entreprise privée ou, au contraire, pester contre le système d’allocations aux plus démunis. Ce genre de propos est surtout fait pour nous dissuader de plutôt réfléchir au fait qu’une même structure sociale agit sur ces deux réalités apparemment distinctes: par la méritocratie libérale, si elle produit d’un côté des privilégiés, de l’autre, inévitablement, des précarisées. Du côté des privilèges, l’article “Le fléau de l’assistanat” nous renseigne sur les mécanismes et les effets du favoritisme fiscal. Paru dans le “Monde Diplomatique” de février 2028, cet article a été écrit par Christian De Brie, journaliste à cette époque.

10-2
Le sens de la vie serait donc celui d’être toujours le plus fort ou la plus forte, à défaut, le plus malin ou la plus maline. Ceci, afin de pouvoir abuser de ceux et celles qui le sont moins. On a ainsi le triomphal tableau du portrait d’une société prétendue civilisée où président les manipulateurs et manipulatrices. Accompagné.es de leurs gros bras. Et derrière, des cohortes d’individus qui rêvent de les égaler, voire mieux de les dépasser. Dieu enfin évacué, place est faite pour le paradis descendu sur terre, donc. En Espagne, en août 2012, c’est “Le chat de Felipe Gonzales” qui préside au paradis terrestre. Cet article a été écrit par le regretté Luis Sepulveda, écrivain chilien vivant en Espagne à cette époque.

Billet 9

15 février 2024
Si l’on peut fabriquer de la matière vivante, comme vu lors de notre dernier billet, corrélativement “Cette vie qui devient marchandise” est le titre de notre premier article. Publié dans “Le Monde Diplomatique” de décembre 1988, il a été écrit par Jean-Pierre Berlan qui était Directeur de recherche INRA-CEDERS à l’Université de Marseille 2 à cette époque. Dans notre deuxième article “A quoi sert le mythe du transhumanisme”, nous verrons que, là aussi, l’empreinte marchande se trouve au plus près d’un nouveau contournement d’une appréciation politique du sujet. Publié dans “Le Monde Diplomatique” d’août 2018, il a été écrit par Charles Perraguin et Guillaume Renouard, tous deux journalistes à cette époque.

Billet 8

1 février 2024
“Une certaine écologie à l’américaine ne serait pas contre une reprise du nucléaire, car il est propre, désormais. Mais l’article “A Fukushima une catastrophe annoncée” nous rappelle à quel point c’est une saleté. Publié dans le Monde Diplomatique d’avril 2018, il a été écrit par Philippe Pataud Célérier, à cette époque, Philippe Pataud Célérier est journaliste. Mais, au fait, pourquoi s’inquiéter encore d’une chose si futile quand la science peut nous dire ” Et maintenant fabriquer de la matière vivante”. La définition de “vivante” risque bien de s’en trouver modifiée. Cet article a été écrit par Dorothée Benoît Browaeys et publié dans le Monde Diplomatique d’août 2010. A cette époque, elle est journaliste et présidente de Vivagora.

Billet 7

15 janvier 2024
Qu’y a-t-il de moderne dans une modernité qui se répète depuis plus d’un siècle? L’article de Jean Chesnaux “Au nom de la modernité” se penche sur cette question. Il a été publié dans “le Monde Diplomatique” du mois de mai 1988, époque ou Jean Chesneaux était professeur émérite à l’Université Paris 7. Et où trouve-t-on la laïcité dans une structure sociale qui nourrit “une fois aveugle dans le progrès scientifique”? C’est le titre de notre deuxième article écrit par Jacques Testart, biologiste et Directeur de recherche honoraire à l’institut national de la santé et de la recherche médicale en France, à l’époque où a été publié cet article dans “le Monde Diplomatique” de décembre 2005.

Billet 6

1er janvier 2024
Afrique, pays du soleil un peu partout. On couvrira le continent de photovoltaïque pour capter l’énergie du soleil le jour, pour alimenter de nuit le Big Business 24h sur 24h et les enseignes publicitaires pour éclairer le marché. “Batailles commerciales pour éclairer l’Afrique” est le titre de notre premier article. Ecrit par Aurélien Bernier, auteur, il a été publié dans le Monde Diplomatique de février 2018. “Quand les technologies vertes poussent à la consommation” est notre deuxième article. Ecrit par Cédric Gossart, maître de conférences à Telecom école de management à Ivry en France, il parle du probable effet rebond du “durable” qui pourrait bien lui aussi durer. Cet article a été publié dans le Monde Diplomatique de juillet 2010, époque où Cedric Gossard exerçait sa fonction.

Billet 5

15 décembre 2023
Exploiter toutes les énergies possibles pour tenter d’économiser la sienne : ce pari humain a du plomb dans l’aile. D’une part, les prix explosent. Il faudra donc travailler plus pour la même quantité. D’autre part, la consommation explosant grâce à l’industrie de l’immatériel, il faudra produire toujours plus d’énergie. Du premier problème, l’article “le prix de l’énergie, une folie organisée” nous le présente. Ecrit par Aurélien Bernier, auteur d’ouvrage sur le sujet, il a été publié dans “le Monde Diplomatique” de novembre 2021. Pourtant, à rebours de cette tendance, on pourrait “travailler moins pour polluer moins”. C’est le titre de l’article écrit par Claire Lecoeuvre, journaliste, et publié dans “Le Monde Diplomatique” de juin 2021.

Billet 4

1 décembre 2023
Y a de l’électricité dans l’air, ça va péter, et c’est déjà en train de péter. Car, comme tout le reste, on veut pouvoir continuer de pouvoir se gaver, d’innover, d’accélérer, en fin ce qu’on appelle, vivre à l’ère numérique. Et ainsi, pendant qu’une partie grandissante de l’humanité s’abrutit devant des écrans, les producteurs de la nouvelle ineptie mondialisée s’arrachent des parts de marché, charognards s’acharnant sur le cadavre d’une économie terrassée. “Qui gagne la guerre de l’énergie” est un article qui nous parle de ces nouveaux conquistadors embarqués dans cette croisade mondialisée. Ecrit par Mathias Reymond et Pierre Rimbert, il a été publié dans “Le Monde Diplomatique” de juin 2022. Pierre Rimbert est rédacteur en chef adjoint au Monde Diplomatique et Mathias Reymond, maître de conférences.

Billet 3

15 novembre 2023
Si les sciences évoluent, celles de l’économie aussi. Et, là aussi, pas forcément dans le bon sens. “Pire que l’autre, la nouvelle science économique” est le titre de l’article écrit par la journaliste Laura Raim, en juillet 2013, date de sa parution dans “Le Monde Diplomatique”. Et ” La religion des 15%” vient appuyer le propos. Publié en mars 2009 toujours dans ce même mensuel, il a été écrit par Isabelle Pivert, essayiste à l’époque. A la lecture de ces articles, on pourrait facilement se dire que le PIB, c’est les Pertes Internationales Brutales, à travers le casse organisé des économies nationales désormais partenaires de ceux qui orchestrent ces destructions.

Billet 2

1 novembre 2023
L’article “Pertes publiques et gains privés à Athènes” revient sur le phénomène des Jeux Olympiques, bénéfiques, dit-on, aux économies nationales des pays hôtes. Publié dans le “Monde Diplomatique” de février 2018, il a été écrit par David Garcia, journaliste à cette époque. Un deuxième article traite de la question de ” Votre percepteur (qui) est coté en bourse”. Publié dans “Le Monde Diplomatique” de mai 2016, il a été écrit par Christian de Brie, journaliste à cette époque. Tous deux nous invitent à considérer des proclamations faites au sujet de l’usage de l’argent public et de l’usage qui en est réellement fait.

Billet 1

15 octobre 2023
Le bien public est-il commun à tout le monde? Sur un plan individuel, ce sera difficile à établir. C’est pourquoi il cherchera à s’établir sur le plan d’une entente commune sur des bases essentielles communes. Mais, évidemment, plus la notion de base essentielle s’élargit, plus il devient difficile d’établir autour de quoi se situent ces biens communs. Les individualités ne tardent pas à tout compliquer, entraînant dans leur sillage les inégalités. L’article d’Inge Kaul paru dans le Monde Diplomatique de juin 2000 intitulé “Des mécanismes d’action collective” et celui de Daniel Zamora, dans le même mensuel de janvier 2009 et intitulé “Déplorer les inégalités, ignorer leurs causes”, parlent tous deux de la notion de biens communs. Inge Kaul était économiste et sociologue à cette époque et Daniel Zamora chargé de recherche en sociologie à l’Université libre de Bruxelles

Billet 0

1 octobre 2023
“Des voies de la raison à la raison des voix”, c’est notre huitième et nouvelle thématique. Et notre époque ne manque certainement pas d’interroger au sujet de la raison et de ces multiples raisons qui foisonnent et qui, toutes, se revendiquent de s’incarner au nom de la raison. Mais, dès lors que raison signifie avoir raison, alors se démultiplient rhétoriques et incantations. Dès lors, pour qui tente de chercher à comprendre ce qui fonde nos sociétés, il s’agira sans doute de chercher à distinguer l’intelligence de la raison. Cette intelligence étant entendue au sens humain et non obligatoirement réduite à un “coefficient”. Vous entendrez dans ce billet, outre une introduction, la lecture de l’article “Votez bien, nous ferons le reste” écrit par André Bellon et publié dans “Manière de Voir” intitulé “Derrière les élections, quelle démocratie?” . André Bellon est ancien président de la commission des affaires étrangères à l’Assemblée nationale française.


Plus d'infos sur l'émission

0:00
0:00